Guido Baselgia, Tierra templada № 1, 2018, © Guido Baselgia

Guido Baselgia
Comme si le monde devait encore être mesuré

Du 19 octobre 2019
au 16 février 2020

Photographe et explorateur : Au cours de ces vingt dernières années, Guido Baselgia a filmé avec sa caméra des zones géologiques marginales, balayant la surface aride de la terre et observant des phénomènes lumineux dans les Alpes, les Andes et au nord de la Norvège. Au cours de ses études, il explora le langage visuel par une photographie analogique et lente. Il en résulte des tableaux en noir et blanc aux frontières de l'abstraction, exécutés sous forme de photographies argentiques sur gélatine grand format ou d'héliogravures, qui se caractérisent par leurs détails et leur texture. L'exposition s'appuie sur un cycle d'œuvres bien connu - « Hochland », « Weltraum », « Silberschicht » et « Light Fall » - et présente pour la première fois le dernier projet de Guido Baselgia. Ce projet le conduisit en Équateur et au Pérou, dans le bassin amazonien. Lors de ses expéditions, le photographe traite de la représentabilité de la forêt tropicale. Il transforme la densité et la diversité scintillantes de la végétation en des compositions marquées par le calme et la concentration. Les portraits des habitants indigènes et les natures mortes des environs des colonies engagent une réflexion sur la représentation photographique de cet environnement menacé. À l'instar d'un mémento mori, le travail de Baselgia rend hommage à ce paysage, dont l'exploitation économique a depuis longtemps des conséquences sur le climat mondial.

Publication d’une monographie par Edizioni Periferia.