Lukas Felzmann: Landfall

du 21 février au 16 mai 2004

   

Depuis son départ aux Etats-Unis en 1981, le photographe suisse Lukas Felzmann (1959) n'a plus guère fait parler de lui en Suisse. Il nous revient aujourd'hui avec une série de photos d'une grande intensité. «Landfall» est l'aboutissement d'un travail photographique systématique et rigoureux, un voyage d'investigation à la frontière entre nature et civilisation, un jeu poétique avec la relativité de l'espace et du temps.

Le titre anglais de l'expédition photographique de Lukas Felzmann est un terme maritime qui désigne le moment magique où la première bande de terre apparaît à l'horizon. Le photographe nous entraîne à la découverte d'une terre insolite, les vastes régions comprises entre le Great Basin Desert, la Sierra Nevada et le Pacifique, sur la côte ouest des Etats-Unis. Il en explore les paysages et nous montre ses trouvailles tour à tour gratifiantes et irritantes, il décrypte les signes du temps qui passe, scrute les nuées d'oiseaux. A un autre niveau, il condense ses expériences en un récit qui ouvre les yeux sur les signes et les messages mystérieux qui nous entourent : une recherche de traces qui font s'arrêter et réfléchir. « Landfall » devient alors le journal de bord d'un voyage intérieur, non pas en lieu et en temps réels, mais en songe, dans les zones plus profondes, inconscientes, de l'observateur. En explorant l'équilibre fragile entre l'homme et la nature, Lukas Felzmann est aussi à la recherche du centre de sa propre vie. Chemin faisant, il trouve ou invente des images qui, pour l'observateur aussi, sont chargées d'évocations et de significations.

Un simple bout de bois griffé avec un trou noir au milieu devient un objet lourd de sens. Les traces de l'usage recouvrent les traces de l'érosion, l'écorchure révèle une strate de bois plus tendre, plus vulnérable. Résultat d'un acte ciblé ou d'un événement fortuit ? Début ou fin d'une histoire ? Ce flottement dans l'incertitude, le mystérieux, sous-tend l'œuvre photographique de Felzmann tel un leitmotiv. Une tapisserie qui se décolle, les vestiges d'une cible, un matelas abandonné, avec un motif à fleurs. Autant de témoins de changements dont le sens et la direction demeurent dans l'ombre. Parmi les motifs récurrents, des routes et des voies ferrées qui mènent vers un ailleurs inconnu, qui suggèrent de singulière manière la futilité du partir. Ici, une route s'enfonce dans l'eau, là des rails sont envahis par une dense végétation. Ou encore cette vieille route de campagne dont ne subsiste que la bande centrale, formée de ses fragments recomposés, ouvrage vain qui ne mène pas plus loin que la carte délabrée - autant de repères devenus inutiles.

Peter Pfrunder
Fotostiftung Schweiz

Publication :
Lukas Felzmann : Landfall. Lars Müller Verlag et Fotostiftung Schweiz 2004. Textes de Lukas Felzmann et Peter Pfrunder. 144 pages, 70 photographies noir-blanc.