L'extase des choses - De l'objet fonctionnel à l'objet-fétiche dans la photographie du 20ème siècle

du 4 septembre au 14 novembre 2004

Le 20ème siècle est aussi le siècle des objets. La création de beaux objets et la production industrielle d'objets ont évolué en parallèle, individuellement ou ensemble. D'innombrables objets ont vu le jour : objets élémentaires et complexes, objets banals et précieux, objets utiles et futiles, objets d'usage courant et de l'esprit. Des écoles d'arts visuels et graphiques, aujourd'hui «écoles de design», ont été fondées, fabriques d'idées pour la conception d'objets, et des chaînes de production construites pour le développement et la production d'objets : objets en métal, bois et céramique, puis en acier, plastique, fibre de verre et composite, nécessitant de nouveaux outils et de nouveaux matériaux. Plus tard encore est venue l'idée de lier les objets à une image : les objets sont devenus symboles et ersatz d'objets.

Les choses, leur usage, leur apparence, leur valeur financière et symbolique sont également le miroir de notre rapport au monde. L'objet du 20ème siècle va du tangible à l'immatériel : de l'idée de l'objet à son déclin jusqu'au déchet, en passant par sa production, son emploi au quotidien et dans l'imaginaire.

Le projet d'exposition et de catalogue «La griserie des objets» tente une rétrospective du siècle des objets tel qu'il est reflété dans la photographie. Il veut, d'une part, décrire et analyser les objets et leur contenu économique, technologique, écologique, culturel et émotionnel, d'autre part, thématiser leur apparence et le développement de leur représentation photographique. A chaque stade de développement - de la création, de la présentation, du choix, de la production, de la publicité et de la vente d'objets - la photographie a été utilisée comme support essentiel de communication.



Le projet présente des photographies techniques ou de produits, réalisés sur commande de créateurs, d'entreprises de production et d'agences de publicité. Un groupe de vingt chercheurs a fouillé dans les archives de pays européens et américains afin de trouver des photographies de produits inédites. Parallèlement à ces exemples de «photographie appliquée», l'exposition montre également des œuvres de : Eugène Atget, Edward Steichen, Hans Finsler, Anton Stankowski, Albert Renger-Patzsch, August Sander, Man Ray, André Kertész, Hans Bellmer, Duane Michals, William Wegman, Fischli Weiss, Louise Lawler, Christopher Williams, John Gossage et d'autres.

Une coproduction du Fotomuseum Winterthur et de la Fotostiftung Schweiz.