Chronique de la vie moderne –
Photographies de
Hans Steiner

du 28 mai au 9 octobre 2011

Fotostiftung Schweiz, Winterthur, du 28 mai au 9 octobre 2011
Vernissage: 27 mai, 18-2h
Visites commentées

Le photographe bernois Hans Steiner (1907–1962) a laissé une œuvre extraordinairement diversifiée : des reportages et des portraits, mais aussi des images publicitaires, des photos de mode, des commandes pour l’industrie. Dès 1930, ses reportages sont publiés dans des revues comme la Schweizer Illustrierte ou Sie & Er. Après la guerre, il travaille entre autres pour Die Woche. Vers la fin de sa carrière, Hans Steiner procède à l’archivage de sa riche production ; il classe près de 100’000 photos par thèmes et mots-clés. Ces archives ont été systématiquement valorisées pour la première grande rétrospective Hans Steiner. L’exposition « Alles wird besser » (Chronique de la vie moderne) met particulièrement l’accent sur la vie quotidienne dans la Suisse de l’après-guerre. Et rappelle que cette période difficile a aussi connu ses moments d’insouciance.

Piscine, Berne, 1945-1950
© Musée de l’Elysée

Photographie de mode, vers 1960
© Musée de l’Elysée

À la différence d’autres photographes de son temps, Hans Steiner ne donne pas dans la critique sociale. Alors que ses contemporains – Hans Staub, Paul Senn et Theo Frey pour ne citer qu’eux – plus politisés, témoignent leur solidarité avec les laissés pour compte de la société et dénoncent les injustices, Steiner dirige son objectif sur les côtés plus agréables de la vie de son époque. Sa préférence va aux événements et phénomènes qui égaient la dure réalité quotidienne. Le sport, les voitures, les femmes, la vie urbaine, les loisirs, les voyages à l’étranger, l’aviation et les progrès techniques occupent une place importante dans son œuvre.

Le premier escalier roulant à Berne, grand magasin Loeb, 1957
© Musée de l’Elysée

Gritli Schaad et Fritz Schreiber après le nouveau record de vol à voile, 1936
© Musée de l’Elysée

Au plan stylistique également, la photographie de Hans Steiner se distingue de celle de ses collègues qui obéit à un canon documentaire strict. Bon nombre de ses photos, à commencer par les commandes pour l’industrie et la publicité, sont des arrangements méticuleux, caractérisés par une parfaite maîtrise de la lumière et un langage graphique d’une grande clarté. Une manière de photographier qui suscite à nouveau l’intérêt, car elle correspond à la perception esthétique moderne façonnée par des travaux artistiques et photographiques plus récents. La stricte séparation entre images « mises en scène » et images « authentiques » est devenue obsolète pour les photographes de la nouvelle génération. C’est dire que l’œuvre de Steiner mérite bien une nouvelle lecture.

« Les photos et photoreportages de Hans Steiner ont toujours quelque chose de foncièrement optimiste. Sans doute sa façon à lui de braver les difficultés de l’époque » a dit un journaliste sur l’œuvre du photographe bernois. L’avion qui s’élève librement dans les airs, un motif récurrent dans son œuvre, peut être vu comme un symbole de cet optimisme teinté de nostalgie. Une majeure partie de l’œuvre photographique de Steiner reflète de manière exemplaire la confiance des années 1950 dans le progrès et l’assurance que chaque problème a sa solution.

Peter Pfrunder

Une exposition du Musée de l’Elysée, Lausanne. Comissaires: Daniel Girardin et Jean-Christophe Blaser en collaboration avec la Fotostiftung Schweiz.

Publication: Hans Steiner – Alles wird besser. Ed. Daniel Girardin, Jean Christophe Blaser, Musée de l’Elysée, Lausanne / Limmat Verlag 2011.